Stabilité des ions

Les propriétés d’ionisation des éléments permettent donc facilement, à l’aide de leur configuration électronique fondamentale, de prévoir la charge des atomes conduisant à des ions stables. L’ajout ou le retrait d’électron se fait de façon à ce que l’atome atteigne une configuration électronique analogue à celle du gaz rare qui lui est le plus proche. Ainsi les éléments à gauche de la classification ont tendance à perdre les électrons de leur couche de valence alors que ceux situés à droite on tendance à gagner des électrons pour compléter leur couche de valence.

Les éléments du bloc s,  les métaux alcalins (groupe IA) et alcalino-terreux (groupe IIA), perdent facilement un et deux électrons, respectivement. Par exemples Na+, Ca2+.

Les éléments des groupes VA, VIA et VIIA du bloc p ont tendance à gagner respectivement trois, deux ou un électron. Par exemples F, Cl, O2-. Dans la colonne IIIA, l’atome d’aluminium qui possède 3 électrons de valence, aura tendance à les perdre pour former Al3+. Les éléments du groupe IVA, possédant 4 électrons de valence ne gagne, ni de perdre des électrons.

Les éléments du groupe d ont tendance à former des cations et donc à perdre un ou plusieurs électrons de leur couche externe s et d. Par exemple l’atome de cuivre peut se trouver sous les formes de Cuou Cu2+, l’atome de fer sous les formes Fe2+ ou Fe3+.

Articles connexes :

Une réflexion au sujet de « Stabilité des ions »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s